Avicii

Avicii, pur produit made in Sweden ! Demain soir à Bercy, Avicii présente son album « True ».

[dropcap]E[/dropcap]n prévision de son concert demain soir à Bercy dans le cadre du « True Tour », je voulais faire un billet sur Avicii et son album « True » dont les singles inondent littéralement nos radios et nos murs Facebook depuis quelques mois (plus de 583 millions de vues sur YouTube pour « You Make Me », « Hey Brother » et l’incontournable « Wake me Up »). Car il est très bon son premier album, mais il faut dire que le jeune homme de 24 ans (comme moi !) avait fait quelques essais très concluants ces dernières années : « Seek Bromance », « Fade Into Darkness », « I Could be the One » et « Levels » l’énorme succès de 2011. Tim Berling, de son vrai patronyme, s’est fait en quelques années seulement un nom avec Avicii, également en remixant ses « collègues de l’électro » (Guetta, Tiësto ou les Daft Punk) ou plus simplement Madonna en 2012.

Malgré tous ses singles, Avicii propose avec « True » un album totalement inédit (et on ne va pas s’en plaindre). « True » car c’est un album qu’il dit avoir voulu le plus « vrai » possible : envers lui-même et par rapport aux sons qu’il écoute, en découle non seulement un album house, mais même « country-house » ! Emprunt d’une atmosphère très américaine – il avait déjà samplé la chanteuse de blues Etta James sur « Levels » – cette fois les collaborations se font notamment avec Aloe Blacc (« Wake me up », « Liar Liar ») et Dan Tyminski (« Hey Brother »). En dehors des singles, qu’on ne présente plus, on peut également mettre en avant le presque disco « Lay Me Down », composé avec Nile Rodgers et Adam Lambert, qui assure les vocalises.

Tout juste 24 ans comme je le disais, mais avec une vraie culture musicale en bagage. Car ce jeune suédois (au cas où vous l’ignoreriez), est issu d’un pays majeur en terme d’industrie musicale : derrière les Etats-Unis et l’Angleterre, la Suède demeure le troisième exportateur de musique au monde. Une place quelque peu surprenante pour ce pays lointain de moins de 10 millions d’habitants, qu’on pensait plus performant en meubles et en biscottes aux noms imprononçables. Pourtant on ne compte plus les artistes de renommé internationale qui viennent de Suède : ABBA en tête, mais également Ace of Base, ou plus récemment des Robyn, Lykke Li ou Icona Pop.

Il y existe une véritable culture musicale, instaurée dès le plus jeune âge. De plus, avec une langue parlée uniquement chez eux et en Finlande, l’apprentissage de l’anglais y est beaucoup plus poussé que chez nous ; ce qui facilite l’exportation (aucun des artistes cités ci-dessus n’a rencontré de succès avec leur langue maternelle). La Suède est très présente dans la culture pop, sans qu’on s’en rende vraiment compte, le nom de Max Martin ne vous dit peut-être rien, mais il s’agit du producteur des plus grands succès de la décennie (les grands succès de Britney Spears, jusqu’aux plus récents de Katy Perry, en passant par P!nk, Ke$ha ou Taylor Swift). Et je vous le donne en mille… il est suédois !

Avicii est un porte-drapeau supplémentaire de ce pays froid, mais qui sait tellement bien nous réchauffer ! Et demain soir l’ambiance sera certainement bouillante à Bercy, ce sera mon premier concert d’un DJ. J’y vais sans trop savoir si je vais assister à un spectacle ou à une grosse soirée avec 12 000 personnes. Réponse très vite !