« Je suis à la maison ! La Halle Tony Garnier bordel de merde ! », hier soir Yoann Lemoine alias Woodkid semblait plus qu’heureux de jouer à domicile !

Dans le cadre de la tournée pour son album « The Golden Age », Woodkid a donc chanté devant son « papa et sa maman » qui était venu applaudir leur fils qui fait tant parler depuis un peu plus d’un an. Car même si j’avais (beaucoup) entendu parler de lui, je ne m’étais pas plus penché que ça sur sa musique, à part une écoute distraite de son album l’an dernier.

DSC00135

En réalité, la première fois que j’ai entendu parler de lui c’était il y a 6 ans, il s’appelait toujours Yoann Lemoine et réalisait des clips pour Yelle (que j’aime beaucoup, et qui aura très certainement des billets sur ce blog dans les mois à venir !). Bref un réalisateur de clips (par la suite pour Katy Perry, Lana Del Rey, Rihanna et Drake), qui s’est improvisé chanteur. Ca c’est ce que je pensais avant. Et puis un engouement est né, et à force de voir ses clips et ses pochettes de disques très léchés, je me suis dit que je passais peut-être à côté de quelque chose de très sympa.

Me voilà avec une place pour la Halle Tony Garnier, achetée sous le coup de l’impulsion l’après-midi même ! En première partie, il y a le très bon Thomas Azier que j’avais découvert (toujours en première partie) au concert de Stromae en novembre dernier. Le public a entre 20 et 30 ans, mais ne semble pas plus excité que ça en comparaison de celui d’Avicii une semaine plus tôt ! Les lumières s’éteignent, et l’orchestre se met en place ; et ça c’est un point très positif : il a beaucoup de musiciens avec lui, notamment un ensemble de six personnes aux cordes.

DSC00147

Musique symphonique en introduction. J’ai presque l’impression d’être au cinéma, et cette impression me suivra jusqu’au bout : sa musique appelle des images, et les projections vidéos qui l’accompagnent sont sublimes. Il y a un véritable soin qui est apporté à l’ensemble visuel, les lumières sont également très travaillées et bien pensées. Ca ne peut que me plaire ! Mais ce qui m’a frappé, c’est que dans l’univers de Woodkid, il ne semble pas y avoir de place pour la couleur, tout est en noir et blanc.

DSC00177

Malgré une imagerie assez mélancolique, ce n’est pas du tout ce que renvoi le jeune homme, hyper heureux d’être sur scène et très communicatif ! Il ponctue chaque chanson d’une anecdote, notamment « Brooklyn » la ville où il réside depuis qu’il a quitté Lyon. Son interprétation est très bonne, et je me suis laissé prendre par des titres comme « The Golden Age », « I Love You » ou « Conquest of Spaces ». C’est durant un morceau instrumental, « Volcano » que la foule s’est réveillée, et pas qu’un peu ! Woodkid interpelle même ses parents « Debout papa et maman ! ». Et vient son tube « Iron » que je connaissais un peu, et qui marche extrêmement bien en live avec un public ultra réceptif !

DSC00185

Le rappel se fait sur « Run Boy Run », et quel rappel ! Moi qui était peu confiant sur son public, il est ultra impliqué et une fois le titre terminé, le reprend spontanément et d’une seule voix. C’était beau ! Woodkid semble ravi, et comme un gosse à Disneyland. Très touchant.

J’ai passé une belle soirée, et je ne regrette pas un instant mon coup de tête. Je suis même reparti avec l’album acheté au merchandising, et je compte bien suivre ce garçon barbu avec une casquette à l’avenir !

Découvrez les photos et vidéos du concert. Pour suivre mes aventures en live n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !

Setlist du concert :

  1. The Golden Age
  2. Where I Live
  3. Ghost Lights
  4. I Love You
  5. Go
  6. Brooklyn
  7. Boat Song
  8. Stabat Mater
  9. Conquest of Space
  10. Volcano
  11. Iron
  12. The Great Escape
    Rappel
  13. Run Boy Run
  14. The Other Side

N’hésitez pas à liker la page Facebook !