Huit ans que Muriel Robin n’était pas montée sur scène, la dernière fois c’était en 2005 avec son spectacle « Au Secours ». Entre temps il y a eu des téléfilms très gais : « Marie Besnard l’empoisonneuse » et «  Mourir d’aimer », et une bonne dépression qui l’a éloignée de la troupe des Enfoirés. Mais aujourd’hui Muriel va mieux. C’était le moment pour elle de retrouver son public, ainsi qu’un nouveau public qui était très, très jeune (voir même des fœtus comme elle dit) dans les 90’s quand elle cartonnait avec les sketchs de l’addition ou du noir. Et j’en fais parti !

Robin_002

Pour ce nouveau spectacle, « Robin revient, tsoin ! Tsoin ! », elle nous déroule le fil de sa vie. De sa naissance à son succès parisien, en passant longuement sur sa famille et la boutique de chaussures à Saint-Etienne. Même si j’ai eu du mal à entrer dans le spectacle au début, trouvant un vrai manque de spontanéité et d’échange avec le public en comparaison de Gad Elmaleh vu une dizaine de jours auparavant, le texte est tellement bien écrit et joué que mes réticences se sont très vite envolées.

Robin_003

Une des vraies forces du spectacle est le fil rouge sur ces expressions qu’on utilise comme poser un lapin, prendre le taureau par les cornes ou dormir sur ces deux oreilles, que Mumu met en scène avec une inventivité folle. Le meilleur moment du spectacle est très certainement le moment porno sur l’expression enculer les mouches. Je ne vous en dis pas plus et je laisse travailler votre imagination !

Le spectacle est ponctué de moments plus émouvants (mais pas de quoi verser sa larme non plus, il y a toujours une chute derrière pour rebasculer vers le comique), ses relations avec ses parents ou son immense désir de monter à la capitale et devenir Liza Minelli. Le tout reste très bien construit et structuré, Mumu occupe, et tient, la scène pendant deux heures sans temps mort.

Robin_004

A la fin, en lieu et place d’un sketch de rappel, elle s’est mise devant le rideau fermé pour un petit speech de remerciement, aux lyonnais en particulier où elle en était à sa quatrième date. Un moment plus spontané et très sincère qui conclut parfaitement ce spectacle. Même si je n’ai pas rit aux éclats (encore une expression !), j’ai passé une excellente soirée et je pense que je retournerai la voir avec plaisir, sans attendre huit ans je l’espère !

Après Gad Elmaleh et Muriel Robin, je termine ma tournée des comiques dans une dizaine de jours avec le rodage du nouveau spectacle de Florence Foresti, et bien sûr, vous saurez tout ici !

Robin_005