Miley Cyrus

Si quelqu’un m’avait dit il y a tout juste un an que j’irai à un concert de Miley Cyrus, et que j’en ressortirai conquis, je lui aurais bien ri au nez. Et pourtant !

[dropcap]D[/dropcap]e passage à Lyon avec son « Bangerz Tour », c’est une toute autre chanteuse que l’ex icône Disney Hannah Montana, qui s’est produite sur la scène de la Halle Tony Garnier. Miley Cyrus a bien réussi son changement d’image à coup de twerk, de bodies trèèèèèèèès échancrés et surtout de langues. De la langue tirée à tout va et léchant tout un tas de trucs, dont des marteaux.

Et la musique dans tout ça ? Accompagné du tube « We Can’t Stop » et de l’imparable « Wrecking Ball », son album « Bangerz » tient totalement la route ! De la bonne pop flirtant avec le hip-hop (en témoigne les très bons « Do My Thang » et « Love Money Party ») et même la country (« 4×4 ») ; il tranche avec ses trois précédents albums, au point de sembler être le premier d’une nouvelle artiste, ou du moins d’une nouvelle Miley.

Même si l’image salace véhiculée par la jeune américaine (elle a seulement 21 ans) lui a permis de redonner un coup de fouet (ou de langue) à sa carrière, ce n’est pas ça qui lui a permis de vendre des places de concerts : il n’y avait pas foule à la Halle Tony Garnier, réduite à la configuration minimale. La fosse était à moitié pleine (ou vide c’est selon). En revanche l’ambiance était bien présente, et le (jeune) public surexcité lors de l’extinction des lumières.

Des danseurs déguisés en peluches apparaissent sur scène, jetant des ballons dans la foule, tandis qu’apparaît sur l’écran géant la tête de Miley, et que retentit l’introduction de « SMS (Bangerz) ». Sa bouche s’ouvre laissant place à une immense langue qui se relève être un toboggan d’où elle fait son apparition. C’est sans doute l’entrée en scène la plus fun que j’ai pu voir ! Le ton du spectacle est donné : déjanté, fun et totalement WTF ! A l’image de la danseuse naine qui arbore un masque de Britney Spears (avec laquelle Miley fait la chanson en duo) ou de l’ambiance country, chemise Vichy et cheval sur scène durant « 4×4 ».

S’il y a une chose que Miley n’aime pas, ce sont les pantalons. Le spectacle est un défilé de bodies en tout genre, notamment un couvert de billets de banque pour « Love Money Party », chanson durant laquelle, allongée sur une voiture, elle se touchera de partout (partout) au plus grand plaisir des fans qui, avouons-le, n’attendent que ça !

Ce sera d’ailleurs le seul vrai moment vulgaire du concert, le reste appartenant au concert pop tout ce qu’il y a de plus classique (Quoique j’ai pas souvenir d’un artiste recrachant sa bouteille d’eau sur les premiers rangs !). Chaque chanson bénéficient d’une mise en scène très travaillée : le grosse bête poilue sur « FU », le lit sur « #GETITRIGHT » ou encore l’immense chien pour « Can’t Be Tamed » (un des deux seuls titres rescapé de la période Disney).

Le moment  « trop mignon » du spectacle se passe sur « Adore You », où Miley incite tous les spectateurs à se « rouler de bonnes pelles » (trop mignon j’ai dit !), tandis que leurs échanges buccaux sont diffusés sur l’écran. Mais c’est au moment du set acoustique qu’elle m’a le plus bluffé je dois l’avouer, enchaînant des reprises de The Smith, Dolly Parton, et surtout « Summertime Sadness » de Lana Del Rey, elle a montré qu’elle pouvait assurer en live sans artifices. Et ce registre lui va comme un gant !

Le spectacle s’enchaîne très vite, et après une séance de twerk sur « 23 » et le retour des danseurs-peluches pour « On my Own », il touche déjà à sa fin lorsque sur « Someone Else » elle monte sur son hot-dog volant (oui, j’ai bien dit son hot-dog volant) pour quitter la scène.

Pas de vrai spectacle sans rappel, et c’est avec ses deux succès « We Can’t Stop » et « Wrecking Ball » qu’elle revient. Succès dans la salle, même si ce ne sont pas les moments que j’ai préféré. Sans grande mise en scène, et expédiés relativement vite, ils auraient mérité un peu mieux (même si je me suis cassé la voix sur « Wrecking Ball » !)

C’est « Party in the U.S.A. » (plus grand succès de sa période Disney) qui clôt vraiment le spectacle, et pour le coup c’est vraiment du spectacle : les danseurs se retrouvent déguisés en Abraham Lincoln, statue de la Liberté, Mont Rushmore et cloche (pour la naine) ; Miley, elle, arbore un body (un de plus !) tricolore aux couleurs de la France, car ce soir la vraie ‘party’ était en France, et à Lyon ! Feux d’artifices et cotillons (j’adore ça !) : c’est fun, déjanté et complètement WTF, à l’image de ce spectacle !

La bonne surprise de ce spectacle, c’est certainement qu’il est moins vulgaire qu’il n’en paraissait, et que derrière l’image de la chanteuse qui se fout à poil et qui lèche tout ce qu’elle trouve, j’ai aperçu une artiste bien plus intéressante. Très pro (et très américaine) sur scène, on sent qu’elle connaît bien son métier et qu’elle a su tirer le meilleur de ses fameuses années d’Hannah Montana. Affaire à suivre !

Découvrez les photos et vidéos du concert. Pour suivre mes aventures en live n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !

Set list du 24 mai 2014 :

  1. SMS (Bangerz)
  2. 4×4
  3. Love Money Party
  4. My Darlin’
  5. FU
  6. Do My Thang
  7. #GETITRIGHT
  8. Can’t Be Tamed
  9. Adore You
  10. Lucy in the Sky With Diamonds (reprise des Beatles)
  11. Drive
  12. Rooting For My Baby
  13. Summertime Sadness (reprise de Lana Del Rey)
  14. There Is A Light That Never Goes Out (reprise de The Smiths)
  15. Jolene (reprise de Dolly Parton)
  16. 23
  17. On My Own
  18. Someone Else
    Rappel
  19. We Can’t Stop
  20. Wrecking Ball
  21. Party in the U.S.A.