Beyoncé

Ces dernières semaines nos conversations estivales n’ont tourné (presque) qu’autour d’un seul et même sujet : comment va le couple Jay-Z/Beyoncé ?! Alors que le power couple de l’entertainment US s’est lancé dans une tournée des stades avec en point d’orgue deux dates parisiennes au Stade de France (et presque 100 millions de $ engrangés), les rumeurs allaient bon train sur un probable divorce à l’issue de l’ultime date du « On The Run Tour ».

C’est un couple plus amoureux (et riche) que jamais qui s’est présenté devant les 70.000 personnes du stade de Saint-Denis ce samedi 13 septembre. De là à penser que ces histoires n’étaient qu’un coup de plus de ces as du marketing, il n’y a qu’un pas…

Mais l’intérêt de ce spectacle était ailleurs. Outre l’auto-célébration de leur couple, c’était aussi l’accomplissement de deux carrières qui s’entrecroisent depuis 10 ans et leur rencontre sur le titre « ’03 Bonnie and Clyde », ce même titre qui servira d’introduction au concert qui exploitera durant 2h30 l’histoire de ce mythique couple de criminels à la sauce Jayoncé.

« This is not the real life », tel est le message qui s’affiche sur l’écran géant avant le début du concert, et qui sera régulièrement rappelé durant les (très nombreux) interludes vidéos très léchés de ce show, montrant tour à tour Jay-Z avec gros guns dans les mains et Beyoncé en ersatz de la bride de « Kill Bill ».

« ’03 Bonnie and Clyde », « Upgrade U », « Crazy in Love », les titres s’enchaînent à une vitesse folle, mais électrisent complètement cette ouverture de spectacle, donnant par la même occasion une leçon de l’impact du duo sur l’industrie musicale internationale. Il faudra ensuite attendre presque la fin du concert pour revoir les deux artistes réunis ensemble sur scène, plus longtemps qu’un simple featuring de 30 secondes.

Jay-Z, seul en scène prend le pouvoir avec les très efficaces « I Just Wanna Love U (Give It 2 Me) » et « Tom Ford », avant de le laisser à sa compagne et ses girls, pour les implacables « Run the World (Girls) » et « ***Flawless », où notre chère Nicki Minaj, qui semblait comme intimidée par l’immensité de l’arène parisienne, fera une trop courte apparition.

Les titres continuent de s’enchaîner aussi vite que Beyoncé change de tenue : c’est certainement le gros point faible de ce spectacle qu’on pouvait déjà regretter lors de son « Mrs. Carter Show » en 2013. Car même si ce sont une quarantaine de titres qui sont interprétés durant le concert, beaucoup ne se résument qu’à quelques secondes (« Naughty Girl », « Diva »). Résultat ? Cela a tendance à accentuer l’aspect froid et robotique de la prestation et de Beyoncé qui ne laisse aucune place à l’improvisation. De plus, la scène ne présente aucun musiciens ni choristes. Ils feront tout de même une apparition sur « Why Don’t You Love Me »… mais on se demande bien où ils sont le reste du temps !

Le public, lui, reste conquis à la cause du couple et ne devient qu’un seul homme lorsqu’il s’agit de reprendre le déjà mythique « Drunk in Love » ou faire le « diamond sign » de Jay-Z, faisant au passager passer le concert pour un rassemblement d’illuminatis auprès des non-initiés.

Aucune fausse note durant ce show trop impeccable, à quelques exceptions près comme cette version (de nouveau) ratée d’ « If I Were A Boy » et un moment d’émotion sans émotions sur « Resentment ». L’ensemble est malgré tout très vite rattrapé par le toujours génial « Love on Top », interprété sur la petite scène centrale. C’est aussi l’occasion pour Beyoncé de se rapprocher du public et d’apporter un peu de chaleur humaine (ENFIN). Le gros moment de la soirée est certainement décerné à l’enchaînement « Niggas in Paris », et son ambiance survoltée, avec « Single Ladies (Put A Ring On It) »… encore une fois trop écourté !

Beyoncé

Pas de rappel dans ce show réglé comme du papier à musique qui s’achève sur le très beau « Young Forever » mêlé à « Halo », interprété alors que les vidéos de Bonnie and Clyde ont laissé place sur l’écran géant à des vidéos personnelles de Mr. et Mrs. Carter, chez eux, en vacances, à leur mariage etc. le tout s’achevant sur leur fille Blue Ivy, afin de nous faire comprendre que ça, c’est « the real life ».

Une intimité mise en scène qui peut déranger certains mais après tout c’est ce qui définit ce couple qui a fait du spectacle sa vie, et réciproquement. Après avoir salué le public Beyoncé remercie son mari en se déclarant être sa « biggest fan » et laissant échapper des larmes, des vraies, tandis que Jay-Z félicite sa femme, « the greatest entertainer in the world ». Il confie également la place spéciale que tient Paris dans leur vie, cette ville où ils se sont fiancés, et où a été conçu leur fille. Nous les remercions de nous avoir épargné cette vidéo !

Beyoncé et Jay-Z représentent cette image de l’Amérique qui n’a pas honte de sa réussite, c’était aussi l’objet de ce spectacle « On the Run ». Mais l’occasion également de voir deux bêtes de scène, dans deux styles différents, qui arrivent à soulever des stades. Malgré le manque d’humanité et de chaleur, on ne peut que reconnaître à Jayoncé leur pouvoir de nous rendre complètement drunk in love !

Découvrez mes photos du spectacle. N’hésitez pas à suivre mes aventures en direct sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !

Set list du 13 septembre 2014 :

  1. ’03 Bonnie & Clyde
  2. Upgrade U
  3. Crazy in Love / Show Me What You Got
  4. Diamonds from Sierra Leone (Remix) / I Just Wanna Love U (Give It 2 Me)
  5. Tom Ford
  6. Run the World (Girls)
  7. ***Flawless (avec Nicki Minaj)
  8. Yoncé /Jigga My Nigga / Dirt Off Your Shoulder
  9. Naughty Girl / Big Pimpin’
  10. Ring the Alarm
  11. On To The Next One
  12. Clique / Diva
  13. Baby Boy
  14. U Don’t Know
  15. Haunted
  16. No Church in the Wild
  17. Drunk in Love
  18. Public Service Announcement
  19. Why Don’t You Love Me
  20. Holy Grail
  21. Fuckwithmeyouknowigotit
  22. Beach Is Better / Partition
  23. 99 Problems
  24. If I Were a Boy / Ex-Factor (reprise de Lauryn Hill)
  25. Song Cry
  26. Resentment
  27. Love on Top
  28. Izzo (H.O.V.A.)
  29. Niggas in Paris
  30. Single Ladies (Put a Ring on It)
  31. Hard Knock Life (Ghetto Anthem)
  32. Pretty Hurts
  33. Part II (On The Run)
  34. Young Forever / Halo