Le centre Pompidou présente jusqu’au 27 avril une des premières rétrospectives de Jeff Koons. Suddenly the Koons is me !

[dropcap]E[/dropcap]n 2008 il avait créé la polémique en exposant quelques unes de ses oeuvres au sein du château de Versailles, mais depuis le mois de novembre c’est une large rétrospective qu’offre le centre Pompidou à Jeff Koons.

Retraçant son oeuvre de façon chronologique au travers de ses différents cycles artistiques, le parcours met en évidence ses inspirations issues aussi bien du pop art que des readymade de Marcel Duchamp. Jeff Koons casse les codes élitistes de l’art contemporain et reprend ceux de la culture de masse dont il fait ses sources principales : qu’il s’agisse des produits d’électroménagers érigés en « must have » de la société de consommation (« Pre New / The New »), de l’ascension sociale au travers des stars de la NBA (« Equilibrium »), ou des icônes de la pop culture telles que Michael Jackson, Popeye ou la Cicciolina (« Made in Heaven »).

Dans sa dernière série en date, « Gazing Ball », l’artiste créé une véritable unité visuelle en mélangeant des sculptures de l’antiquité avec des objets aussi banals qu’une boîte aux lettres. Tous d’une blancheur immaculées, et affublés d’une boule bleue. Pour les plus cultivés d’entre nous, ce n’est pas sans rappeler la pochette de l’album « ARTPOP » de Lady Gaga, réalisée par le même Jeff Koons !

A découvrir, mais de préférence pas le dimanche après-midi si vous n’êtes pas friand des enfants bruyants et des embouteillages de poussettes.