Marina and the Diamonds présentait ses nouvelles chansons au Trianon à Paris. Retour sur une soirée délicieuse.

Cela faisait presque 5 ans que Marina Diamandis n’avait pas chanté à Paris, à l’exception  de la première partie de Coldplay assurée au Stade de France en septembre 2012. Dire que le public français était impatient de retrouver la galloise venue présenter son dernier album est un euphémisme ! La ferveur incroyable de son public (les « Diamonds ») fut la grosse surprise de concert. On pouvait apercevoir dans la fosse quelques serres-têtes surmontés d’une fraise ou d’une banane, et de nombreux t-shirts « fruités », en référence à son excellent album « FROOT », sorti en mars dernier.

DSC02607

Le public est jeune, nombreux (le concert était initialement prévu au Trabendo avant d’être déplacé au Trianon suite à une forte demande) et saute d’un seul homme dès que résonne « Bubblegum Bitch », ouverture survitaminée de son deuxième album et du concert. Arrivée sur scène à 20h01, Marina enchaîne sans pause les 15 titres qui composent sa set-list. Un programme assez light, surtout avec 3 albums à son actif, mais très bien dosé entre les titres forts de « FROOT » (« Forget », « Savages », « I’m a Ruin »), les (petits) succès de son premier album (« I Am Not a Robot », « Hollywood »), et les up-tempo d’ « Electra Heart » qui font trembler la salle (« Primadonna », « How to Be a Heartbreaker »).

La chanteuse assure un live impeccable et nous bluffe sur quelques titres avec des envolés lyriques totalement maitrisées. Reprise en choeur par le public (qui sait chanter en plus de danser), « Happy », l’excellente ballade d’ouverture de « FROOT », est un des meilleurs moments du concert. Mais face à ce public survolté j’ai été étonné de la réserve de Marina, souriante mais assez peu communicative. Elle se laisse néanmoins aller à quelques mots en français pour nous annoncer son retour sur scène pour la fin de l’année. Les fans sont aux anges.

DSC02647

La seule déception de cette soirée : sa durée. 1h10 de concert et nous voilà dehors à 21h15. Marina est peut-être une couche-tôt, mais à cette heure-là certaines popstars sont encore loin de monter sur scène…

Malgré ce point négatif, cela restera un très bon concert en support à un album génial. Et c’est là que s’épaissit le mystère autour de Marina and the Diamonds : des bonnes chansons, un live impeccable, une fan-base digne de Lady Gaga (et c’est un compliment !), et pourtant elle enchaîne les échecs commerciaux. Il y avait hier soir au Trianon autant de personnes que d’exemplaires vendus de « FROOT » en France : 1 100.

Même si l’univers et le personnage de Marina restent parfois flous, car même après trois albums elle semble continuer de se chercher, ce succès qui n’arrive jamais sonne comme une légère injustice. Il lui manque peut être ce « truc » inexplicable qui fait qu’elle restera toujours une de ces pop star de seconde rang. Mais au final c’est peut-être la meilleure position qui soit : continuer son petit bout de chemin avec un public fidèle, plutôt que n’être la chanteuse que d’un tube et finir dans une tournée d’ex numéros 1 des charts.

Le plus important reste la communion d’un artiste avec son public, et le genre de folie douce comme celle vécue hier soir au Trianon, on en est ressortis de là des froots plein les yeux.

DSC02629

Découvrez les photos et vidéos du concert. Pour suivre mes aventures en live n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !

 

Set-list du concert :

  1. Bubblegum Bitch
  2. Forget
  3. Mowgli’s Road
  4. I Am Not A Robot
  5. Savages
  6. Obsessions
  7. Happy
  8. Froot
  9. Can’t Pin Me Down
  10. Hollywood
  11. Primadonna
  12. Blue
  13. I’m A Ruin
  14. Radioactive
  15. How to Be a Heartbreaker