Facile et peu inspiré, « A Head Full of Dreams » le nouvel album de Coldplay ne fait pas rêver.

[dropcap]L[/dropcap]’an dernier Coldplay nous avait laissé sur notre faim avec « Ghost Story », album post-rupture Martin/Paltrow, intimiste et mélancolique. Loin des titres fédérateurs de « Mylo Xyloto » (2011) et plus encore des mélodies accrocheuses de « A Rush of Blood to the Head » (2002) et « X&Y » (2005) le dernier cru des londoniens décevait. Que penser alors de ce nouvel album « A Head Full of Dreams » beaucoup plus solaire, lumineux et coloré – il n’y a qu’à jeter un oeil à la pochette – que Chris Martin annonce depuis quelques mois comme le dernier du groupe ? Que c’est peut-être l’album de trop.

On est pas loin de l’auto-caricature en lançant le titre « A Head Full of Dreams » qui donne le ton sur ce qui va suivre : peu inspiré, le groupe ressort les mêmes recettes, déjà moyennement savoureuses, de « Mylo Xyloto » avec une volonté clairement affichée de faire reprendre des « Oh Oh Oh » à des stades entiers. En commençant par la mi-temps du Superbowl qu’ils assureront en février prochain.

Compilant beaucoup des titres sans grand relief (« Birds », « Amazing Day », « Fun », « Up&Up »), ce septième album compile aussi beaucoup de collaboration plus discrètes les unes que les autres : Tove Lo sur « Fun », Gwyneth Paltrow sur « Everglow », Noel Gallagher à la guitare sur « Up&Up » et même Barack Obama sur l’interlude « Kaleidoscope » !

La collaboration la plus remarquée reste celle avec Beyoncé sur « Hymn for the Weekend », mais encore discrète car réduite à des choeurs. C’est le meilleur morceau du disque produit avec la collaboration d’Avicii aux sonorités r’n’b très plaisantes. L’autre bonne surprise réside sur le lead single « Adventure of a Lifetime », plus funk que ce à quoi nous avait habitué le groupe, mais qui à l’écoute de l’intégralité apparaît comme une publicité mensongère.

« A Head Full of Dreams » s’écoute facilement, et à quelques exceptions près s’oublie tout autant. Les titres forts qui ont fait le succès du groupe comme « The Scientist », « Speed of Sound » ou « Viva La Vida » semblent bien loin, tant leur musique est devenue la bande son clichée d’un grand concert lumineux et coloré qu’on espère plus inspiré que leur dernier album.

La tournée 2016 de Coldplay commence en mars en Argentine et passera par la France à Nice uniquement le 24 mai au Stade Charles-Ehrmann.