Pour son nouvel album Sia recycle des chansons écrites pour d’autres. Exercice de style original pour un résultat en demie teinte. Review.

[dropcap]U[/dropcap]n an et demi après le succès du son précédent album porté par le méga tube « Chandelier », Sia revient avec un nouveau disque à l’argumentaire atypique : une compilation de titres écrits pour d’autres popstars et refusés par ces dernières. « This Is Acting » se compose ainsi de morceaux qu’on aurait pu entendre dans la bouche de Rihanna, Adele ou Shakira mais que Sia a préféré garder pour elle. Loin d’être un jeu de rôle comme le laisse supposer le titre, cet album est du Sia pur jus et dans le style s’impose comme un suite de « 1000 Forms of Fear ».

Un style si fort qu’elle n’arrive pas à s’en détacher même en jouant à être une autre. Le comble c’est que ce sont le plus souvent celles pour qui elle écrit qui l’imitent, en témoigne « Perfume » pour Britney Spears, « Diamonds » pour Rihanna ou « Loved Me Back To Life » pour Céline Dion. Depuis 5 ans que Sia est devenue une figure bankable pour les radios grâce à David Guetta et « Titanium » (même si elle avait déjà 15 ans de carrière et cinq albums à son actif) on s’est attaché à sa voix particulière, un mélange de fragilité sur la corde et de puissance à prendre aux tripes, le lead single « Alive » en est le parfait exemple.

L’aspect acting du disque se remarque sur trois titres qui se distinguent de l’ensemble trop homogène, « Sweet Design », « Cheap Trills » destiné au nouvel album de Rihanna et le bruyant « Move Your Body » refusé par Shakira. Des essais qui tombent malheureusement à plat à cause d’une productions brouillonne et sans bonnes idées. Je ne m’attarderai pas longtemps sur des titres paresseux comme « Footprints » ou « Broken Glass ».

Heureusement « This is Acting » est parcouru de des mélodies ultra accrocheuses comme seule Sia sait en faire : « Alive », « Unstoppable, « Reaper » ou « House On Fire ».

Si le projet a le mérite d’être original et très honnête sur le fonctionnement du songwriting dans la pop, il est malheureusement très casse-gueule car cette ligne directrice ne permet pas d’avoir un ensemble cohérent et harmonieux.

En résumé « This Is Acting » est un disque où il vaut mieux piocher ça et là plutôt que de l’écouter intégralité afin d’éviter des productions quelques fois bâclées et paresseuses.

A retenir : « Unstoppable », « Reaper », et « House on Fire ».
Note : 59 / 100