Fifth Harmony

Fade et interchangeable : les Fifth Harmony propose un deuxième album à leur image.

[dropcap]J[/dropcap]e l’avoue dès le début : les Girls Band ça n’a jamais été ma grande passion. A part les Spice Girls (mais bon comme tout Européen né entre la fin des 80’s et le début des 90’s j’ai fatalement succombé au phénomène), aucun n’a jamais trouvé grâce à mes yeux ou mes oreilles.

Comme je ne veux pas mourir idiot je me suis penché sur le nouvel album des Fifth Harmony. Cinq jeunes filles qui génèrent des centaines de millions de vues sur YouTube et qui sont BFF avec Taylor Swift (comme des centaines de millions de personnes) doivent bien avoir quelque chose d’intéressant à proposer. Pas tellement en fait.

Leur deuxième album « 7/27 » a toutes les caractéristiques du parfait album pop industriel, tous les titres sont calibrés à 3’30, on explore différents styles entre ballades acoustiques (« Gonna Get Better »), touche tropicale (« Write On Me »), bonne dose de hip-hop avec ce qu’il faut de featuring (avec Fetty Wap, Ty Dolla $ign et Missy Elliott), et surtout les clubs bangers minutieusement confectionnés pour nous faire danser cet été (« That’s My Girl », « Work From Home », « Scared Of Happy », « I Lied »). Malheureusement le tout est tellement peu incarné, tellement interchangeable qu’il n’y aucune saveur qui en ressort à l’issue de l’écoute.

Il est tout à fait possible de faire de la pop mainstream facile sans prise de risque, en témoigne le très réussi « Dangerous Woman » d’Ariana Grande, mais cette impression d’écouter une sorte de popstar anonyme (aucune voix et donc aucune personnalité ne se dégage des cinq membres du groupe) fait tomber à plat des titres qui avaient pourtant un bon potentiel (« All In My Head (Flex) », « Not That Kinda Girl » ou « Dope »).

« 7/27 » demeure un album banal, avec ses quelques tubes en début de disque dont « Work From Home », un nouvel hymne au plein emploi dans la même lignée que Rihanna (avec le même réalisateur pour les deux clips, qui se spécialise incontestablement dans le classe et distingué.) Le reste de l’album reste du remplissage terriblement fade.

A retenir : « Work From Home » et « That’s My Girl ».
Note : 48 / 100