Live-report du concert d’Anohni à la Philharmonie. Surprenant, envoûtant et unique en son genre.

[dropcap]J[/dropcap]’en ai fait des concerts, vous le savez. Mais aucun ne ressemble à celui d’Anoni auquel j’ai assisté hier à la Philharmonie de Paris. À artiste unique, lieu unique. L’enceinte si atypique offre un écrin de rêve à la performance de celle qu’on a connu, il y a quelques années, comme Antony Hegarty, la voix d’Antony and the Johnsons.

Car au delà du concert, c’est une vraie performance qu’a livrer Anohni pour présenter son superbe premier album « Hopelessness ». Une performance artistique engagée politiquement et socialement, à l’image de son album.

0704-Anohni-02

On est déconcerté dès les premières secondes du spectacle. Lorsque Naomi Campbell apparaît sur l’écran dans une danse lascive au son d’un bruit sourd. Une video en plan séquence diffusée en boucle durant 15 (longues) minutes !

Puis c’est le visage d’une femme pseudo-ensanglantée qui apparaît sur les premières notes de « Hopelessness » assurant le playback du titre. La voix live d’Anohni résonne mais sa présence sur scène est toujours absente. Elle n’apparaît que sur le titre suivant, « 4 Degrees », alors qu’une autre femme apparaît sur l’écran géant. Il est sera ainsi durant tout le concert. 20 femmes de tous âges, de toutes races et de tous styles se succèdent, donnant un visage aux titres d’Ahnoni qui demeure anonyme.

0704-Anohni-16

Car c’est sous une combinaison intégrale, entre la burqa et la tenue apiculteur, que l’artiste se présente sur scène. Durant 1h15 elle ne dira pas un mot (si ce n’est un timide « merci » en toute fin de spectacle). Anohni laisse la vedette à ses femmes, qui auront même le droit à leur nom au générique en fin de spectacle.

C’est via écran interposé, qu’Anodin se présentera physiquement à nous, à deux reprises. D’abord ses yeux et son front, puis son visage entier sous une lumières bleue en fin de spectacle.

Pour cette scène la chanteuse a joué la carte du minimalisme : deux « musiciens » derrière leurs ordinateurs et une toile de fond diffusant ses accompagnatrices. L’occasion pour les titres d’« Hopelessness », et quelques inédits » de s’immerger totalement dans l’acoustique de la Philharmonie, de nous faire danser sur « Execution » et nous émouvoir sur « I Don’t Love You Anymore ».

0704-Anohni-18

Quand on sort de la salle il fait encore jour. Mais le voyage fut si fort qu’on ne sait pas s’il s’est écoulé 2h, 2 jours où 2 semaines. On ne sait pas trop à quoi on vient d’assister tant nos repère sont boulversé. C’était beau, envoûtant et complètement barré à la fois. Une soirée vraiment unique en son genre.

Je vous invite à découvrir mes photos du concert. Pour suivre mes aventures en live n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !

Setlist du 4 juillet :

  1. Hopelessness
  2. 4 Degrees
  3. Watch Me
  4. Paradise
  5. Execution
  6. Ricochet
  7. I Don’t Love You Anymore
  8. Obama
  9. Violent Men
  10. Why Did You Separate Me From The Earth?
  11. Jesus Will Kill You
  12. Crisis
  13. Indian Girls
  14. Marrow
  15. In My Dreams
  16. Drone Bomb Me