Aladdin

C’est un rêve (bleu) qui s’est réalisé : assister à un musical – un vrai – à Broadway ! Compte-rendu d’une soirée à Agrabah.

[dropcap]A[/dropcap]vant Noël, retour sur un spectacle vu cette année et que je n’avais pas chroniqué. Un spectacle spécial vu qu’il s’agissait d’un musical de Broadway, un vrai de vrai vu à New-York City en septembre dernier !

Il était tout bonnement impensable pour moi d’aller à New York et de ne pas faire un détour par Broadway. J’ai tout de même hésité à retourner voir Adele, qui jouait à ce moment-là au Madison Square Garden, mais je vous laisse deviner le prix des places à la revente… !

N’étant un très grand connaisseur en comédies musicales, j’ai donc privilégié une histoire que je connaissais (histoire déjà de pas être perdu avec l’anglais). Ayant déjà j’avais vu une autre adaptation de Disney, « La Belle et la Bête » à Mogador il y a 3 ans, je me suis dit que ça serait certainement de très bonne facture. Et c’est le cas !

Déjà les décors sont somptueux, en particulier la caverne ! Je suis toujours scotché par la fluidité des changements, et l’ingéniosité des personnes qui les conçoivent. C’est une histoire vraiment pas facile à transposer en réel, qu’il s’agisse de l’univers, des personnages et des évènements qui compose cette histoire fantastique. Le pari est totalement réussi ! Alors évidemment quelques aménagements ont été nécessaires par rapport au dessin animé : il n’y a pas de perroquets ou de singe parlant sur scène pour incarner Iago et Abu, ils ont été remplacés par des humains (c’est un trio de 3 amis d’Aladdin pour Abu). Les puristes pourront s’en offusquer.

Le moment un peu magique c’est « Ce Rêve Bleu » (« A Whole New World » en VO) avec le tapis volant, là encore c’est super bien pensé car on est pas du tout dans le truc cheap tenu par des fils… il est VRAIMENT volant ! (Apparemment grâce à des drones d’après ce que j’ai cru deviner).

Mais le meilleur du spectacle reste le Génie ! Le comédien, James Monroe Iglehart, est tout simplement fabuleux, et le tableau « A Friend Like Me » est une des meilleures choses que j’ai vu sur une scène : ça chante, ça danse, ça bouge de partout avec une précision parfaite, tout est parfaitement huilé, ça dure 8 minutes et on se prend une bonne claque ! La standing ovation qui suit est plus que méritée.

Joué à New York depuis 2014, une adaptation à Londres a commencé depuis peu, donc peut-être qu’il viendra à Paris dans quelques années, à l’instar « La Belle et la Bête » ou du « Roi Lion ».