Un mois après la sortie de son premier album « Selfocracy », Loïc Nottet était sur la scène du Trianon pour un concert aussi créatif qu’ambitieux. Live report !

[dropcap]C[/dropcap]e qu’on peut dire sur Loïc Nottet c’est que son parcours est plus qu’atypique. Découvert dans la version belge de The Voice en 2014, révélé un an plus tard à l’Eurovision, c’est sur le plateau de Danse avec les stars qu’il s’est accroché au cœur de nombreux français, et surtout de nombreuses jeunes françaises.

C’est principalement ce public qui s’est réuni au Trianon pour le premier concert solo de Loïc Nottet en France. Un concert déjà complet avant la sortie, le mois dernier, de son premier album « Selfocracy ». Sur le papier il a tout d’un phénomène, heureusement en live c’est un artiste complet, créatif et audacieux que j’ai découvert !

Son album dévoile déjà son ambition. Celle de créer un univers fort et cohérent, alliant aussi bien le visuel que la musique, sur des sonorités pop ultra efficaces entre Lorde et Sia. Un projet que Nottet transpose à merveille en live. L’album y est joué dans l’ordre et en intégralité, quelques intro et outro s’ajoutant ça et la pour permette la mise en place des différents éléments scéniques. Si l’espace réduit du Trianon est peu adapté à ce genre de production, les moyens sont bien là : écran vidéo, danseurs et chorégraphies, jeux de lumière et de miroirs. Bref, le résultat est d’une richesse folle !

Seul point négatif : le choix de la salle. On sent souvent Nottet étriqué dans cette configuration. Tout ce monde se marche un peu dessus et la fluidité des changements n’est pas tout le temps au rendez-vous. Heureusement, la bonne humeur et la communication du jeune homme, très à l’aise sur scène, rattrapent ce léger sentiment de tâtonnement.

En sortant de la salle j’ai vraiment eu le sentiment d’assister à un bon concert, ceux dont on garde une douce saveur, qu’on apprécie en y repensant et qu’on a envie de revoir. D’autant plus que ce genre d’audace dans la production est trop rare sur la scène francophone, en particulier chez les nouveaux venus.

Loïc Nottet s’inscrit ainsi dans la même démarche que Stromae ou Christine and the Queens. On lui souhaite le même succès, et la chance de pouvoir présenter son spectacle dans des Zénith, ou il prendra l’ampleur et la puissance qu’il mérité ! En attendant il sera de retour à Paris, le 26 mai à la Salle Pleyel.

Découvrez mes photos, mon vlog et mes vidéos du concert ! Pour suivre mes aventures en live n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !

Set list du 3 mai 2017 :

  1. Selfocracy
  2. Mud Blood
  3. Team8
  4. Dirty
  5. Million Eyes
  6. Whisperers
  7. Poison
  8. Cure
  9. Wolves
  10. Hungry Heart
  11. Peculiar and Beautiful
  12. Mirror
    Rappel
  13. Rhythm Inside