Katy Perry

Katy Perry se fait moins fun et plus sérieuse sur son quatrième album « Witness ». Review.

[dropcap]C[/dropcap]e n’est pas la grande forme pour Katy Perry. A l’en croire elle-même, notre California girl préférée semble traverser une bonne dépression, liée à un trouble identitaire entre son personnage de Katy Perry et « la vraie » Katheryn Hudson qui se cache en dessous. C’est en tout cas ce qu’elle a confié lors d’une séance de thérapie organisée dans le cadre du live-stream de lancement de son nouvel album.

Pendant quatre jours, enfermée dans une maison de Los Angeles et filmée H24, Katy Perry se la joue Big Brother. Elle souhaite nous montrer que derrière la popstar qui chante au Super Bowl, se cache une fille tout ce qu’il y a de plus banale. Et nous, humbles spectateurs, sommes « witness » de tout ça.

Car « Witness », quatrième album de Miss Perry, se veut être l’album de la libération. A 32 ans la chanteuse souhaite s’émanciper de son personnage (avec une nouvelle coupe de cheveux à l’appui), et veut se faire le témoin du monde qui l’entoure. Un témoignage qu’elle diffuse via sa voix, d’où l’oeil qui nous observe depuis sa bouche sur la pochette aussi grotesque que géniale de l’album.

Katy Perry

Sur les 15 titres de l’album, Katy Perry nous offre son album le plus sombre et le plus sérieux. Finies les fantaisies et les lolcats. Seul « Pendulum » une petite douceur ensoleillée nous rappelle l’ancienne Katy. Cette-fois, les basses se font plus lourdes (à la limite du supportable sur les bruyants « Hey Hey Hey » et « Power ») et les baats plus saccadés (sur les tubes « Bon Appétit » et « Swish Swish » en duo avec l’inimitable Nicki Minaj).

Avec « Witness » Katy arrive à proposer un ensemble plus cohérent que son précédent opus, « Prism », qui manquait cruellement de direction artistique. Malheureusement l’efficacité d’un « Teenage Dream » n’est pas au rendez-vous. A part les trois singles connus, dont l’irrésistible « Chained To The Rhythm », seul « Roulette » et sa synthpop 80’s sort vraiment du lot.

Quelques bonnes surprises se cache ça et là (« Mind Maze » et « Bigger Than Me » produits par le duo Purity Ring), et se mélange aux ballades éculées que Perry nous a déjà chanté mille fois (« Miss You More », « Save As Draft »).

Malheureusement, et c’est un problème récurrent chez Katy Perry, elle n’arrive pas à tenir la qualité et l’intérêt sur l’intégralité d’un album. Passée la cinquième piste, les titres se font plus génériques à quelques exceptions. Il n’en reste pas moins que la popstar tente de nouvelles choses et que cette tentative de renouveau ne peut que lui être bénéfique !

Katy Perry présentera ses nouvelles chansons lors du « Witness the Tour » à partir de la rentrée, et sera en France les 29 et 30 mai 2018 à l’AccorHotels Arena. En attendant ce rendez-vous lointain, je vous propose de revivre son délirant « Prismatic World Tour » !

A retenir : « Chained To The Rhythm », « Roulette », « Swish Swish » et « Bon Appétit ».
Note : 66 / 100