Robbie Williams

Robbie Williams a proposé un show bourré d’énergie, mené tambour battant durant 1h45 à Paris. Live report.

[dropcap]S[/dropcap]i vous cherchez la définition d’un « entertainer », elle tient en deux mots : Robbie Williams ! À la fois énergique, drôle et émouvant, le britannique a livré à l’AccorHotels Arena un spectacle aussi énorme que l’annonçait son titre : The Heavy Entertainment Show !

Deux ans après l’avoir découvert sur la scène du Zénith de Paris, je n’ai pas hésité une seconde à prendre une place pour cette nouvelle tournée axée sur son dernier album sorti en novembre.

Robbie Williams

Exploitant le thème visuel de l’album, centrée sur l’univers de la boxe, c’est logiquement en peignoir de boxeur que Robbie arrive sur scène. Prêt à en découdre avec un public surexcité ! Et il tiendra le show, sans pause, durant 1h45, enchaînant tubes après tubes grâce à une set list hyper efficace.

Dans une interview présente dans le programme de la tournée, Robbie explique que pour construire sa set list il est allé sur YouTube et Spotify voir quelles chansons avaient le plus de succès. Tout simplement ! Il a également benchmarké ses collègues pour connaître le nombre de titres moyen joués en concert, ainsi que la répartition entre tubes, reprises et nouveaux titres, etc.

Robbie Williams

Pour les tubes, pas de surprise ils sont présents ! « Feel », « Rock DJ », « Angels » ou encore « Come Undone ». Pour le reprises, un titre de son boys band Take That, un hommage à George Michael sur « Freedom », et un au revoir sur « My Way ». Seule (mini) déception, la trop faible présence du dernier album. Il avait pourtant le potentiel de présenter plus que quatre titres. Une chanson comme « Mixed Signals » aurait été nettement plus appréciable que « Party Like a Russian », encore plus mauvais sur scène qu’en disque.

Robbie Williams

Tout comme sa compatriote Adele, Robbie n’est pas avare en paroles. Entre les chansons il nous parle principalement de ses enfants (notamment en introduisant « Motherfucker » dédié à son fils !) et partage également un duo avec son père… comme en 2015 ! Dans la mise en scène on retrouve d’autres éléments repris de la tournée précédente (« Feel » est à l’identique). Mais plein de nouvelles idées rendent le show totalement génial. A l’instar de ce gant de boxe géant surplombant la foule avec Robbie assis dessus.

Robbie Williams

Assis, Robbie l’est souvent durant le concert. Ayant quelques problèmes de dos, il a travaillé la scénographie afin de s’accorder quelques moments de repos. Des instants très bien pensés : plusieurs fauteuils futuristes en mouvement, un canapé pour le duo avec son père, le gant de boxe géant… Ils évitent habilement de le faire passer pour un vieillard à la Phil Collins !

C’est sur une note très émouvante qu’il conclut le show. D’abord avec « Strong », dans une version remaniée déjà chantée lors du concert de Manchester organisé par Ariana Grande. Puis sur l’incomparable « Angels », en hommage aux victimes de Manchester, Londres et Paris. Un magnifique moment repris en chœur par toute la salle.

Robbie Williams

Si l’AccorHotels Arena n’offre pas la même proximité que j’ai pu avoir au Zénith, je garderai tout de même un fabuleux souvenir de ce concert endiablé, avec une seule envie : le revoir très vite !

Découvrez mes photos, vidéos et mon vlog de la soirée ! Pour suivre mes aventures en live n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !

Set list du 1er juillet 2017 :

  1. The Heavy Entertainment Show
  2. Let Me Entertain You
  3. Monsoon
  4. Party Like a Russian
  5. The Flood
  6. Freedom 90
  7. Love My Life
  8. Come Undone
  9. Supreme
  10. Rudebox
  11. Kids
  12. Sweet Caroline (avec Peter Conway, son père)
  13. Motherfucker
  14. Feel
  15. Rock DJ
    Rappel
  16. Strong
  17. Angels
  18. My Way