Je l’attendais ce concert de Lady Gaga. Une attente à la hauteur de la déception qui a suivi l’annonce du report de sa tournée Européenne en septembre dernier. Mother Monster, atteinte de fibromyalgie, avait été contrainte de reporter la vingtaine de dates prévues sur le vieux continent.

Une attente largement comblée par sa prestation : durant deux heures elle a assuré un show pop unique, enchaînant tubes, jeux de lumières sublimes et prouesses vocales bluffantes !

Un vrai succès car sur le papier concevoir une tournée autour de l’album « Joanne » n’était pas mission aisée : comment associer des mid-tempo aux couleurs rock-country avec les up-tempo dance qui ont fait son succès ? Le résultat fonctionne dans l’ensemble, même si en y regardant de plus près on se rend compte que les titres du dernier album sont nettement moins fédérateurs que leurs prédécesseurs.

Gaga débarque sur scène sur les coups de 20h30 (soit 2h avant l’heure d’arrivée habituelle de Rihanna), au son de « Diamond Heart » précédé par un compte à rebours initié 10 minutes auparavant. Ça c’est pour l’intro. Oui, juste ça. Un compte à rebours et la chanson qui commence. Rien n’est fait pour créer l’attente et exciter la salle. Le début du show s’en retrouve un peu mou, même sur le génial « A-YO » qui est le grand sacrifié de la set list. Gaga n’est pas dupe et demande à la salle de se lever pour le reste du spectacle. Ça tombe bien car à ce moment-là elle dégaine « Poker Face » et fait sauter 15 000 hollandais à l’unisson.

Le « Joanne World Tour » respecte le format de tout concert pop digne de ce nom, enchaînant tableau, interludes et tenues. Même si l’ensemble est nettement plus classe que le WTF fluo de l’artRAVE, il manque tout de même d’un fil rouge, d’une cohésion dans l’ensemble. Idem pour la setlist : « John Wayne », « Scheiße » et « Alejandro » sont de très bons titres, mais difficile de trouver une alchimie entre les trois sur un même tableau.

Le vrai coup de génie du spectacle réside dans sa scénographie et l’occupation totale de l’arena, entre une scène de fond dépouillé, une scène secondaire ultra colorée en fond de fosse et au milieu deux scènes circulaires accessibles via des ponts suspendus. Gaga traverse ainsi la salle à plusieurs reprises, la plus marquante étant la première sur l’inégalable « Applause » qui a enfin le droit à une prestation canon, quatre après une version kawaï douteuse sur l’artRAVE.

Lady Gaga en concert c’est toujours l’assurance d’avoir un show unique, et contrairement à ses collègues (comme Beyoncé ou Bruno Mars) elle s’accorde toujours quelque petits moments d’impro. Elle ne pouvait pas passer aux Pays-Bas sans chanter « Mary Jane Holland », son hymne à la marijuana présent sur « ARTPOP ». Si ce n’est qu’un refrain a capella, il a ravi le public d’Amsterdam qui l’a repris en choeur.

Bon, je ne vous raconte pas tout sur le spectacle car j’y retourne dans deux semaines à Londres et il faut quand même que je garde de la matière pour un prochain article !

Découvrez mon vlog et mes photos de la soirée, et pour suivre mes aventures en live suivez moi sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !

Set list du 20 janvier 2018 :

  1. Diamond Heart
  2. AYO
  3. Poker Face
  4. Perfect Illusion
  5. John Wayne
  6. Scheiße
  7. Alejandro
  8. Just Dance
  9. LoveGame
  10. Telephone
  11. Applause
  12. Come to Mama
  13. The Edge of Glory
  14. Born This Way
  15. Bloody Mary
  16. Dancin’ in Circles
  17. Paparazzi
  18. Angel Down
  19. Joanne
  20. Bad Romance
  21. Mary Jane Holland (a capella)
  22. The Cure
    Rappel
  23. Million Reasons