Eddy de Pretto

Tout est allé très vite pour Eddy de Pretto. Encore inconnu il y a un an, il remplit aujourd’hui les salles et a écoulé plus de 50 000 exemplaires de « Cure », son premier album sorti début mars. Une sensation, un phénomène ou une hype, appelez-ça comme vous le voulez, mais depuis le début de l’année il est partout : que ce soit aux dernières Victoires de la Musique ou à la Une de tous les magazines branchés.

https://www.instagram.com/p/Bht8ZFVnBIp/?taken-by=eddydepretto

Il est vrai qu’Eddy de Pretto ne passe pas inaperçu : une gueule atypique, une coupe au bol alliée à une moue boudeuse et un style « pas de style » revendiqué, à base de vêtements faussement mal taillés, de chaussettes de sport et de baskets.

Ça, c’est pour le visuel, mais ce qui compte c’est la musique. Là encore il casse les codes et ne s’interdit rien. Dans ses sons se mélangent pop et hip-hop. Et dans ses textes très crus, qui oscillent entre chanson française et rap, il nous parle de sa vie en banlieue, de son homosexualité, de drogue et de drague. En résulte des tubes comme « Fête de trop », « Kid » ou « Random » qui inondent les playlists et que le public chante en chœur avec lui.

Eddy de Pretto

Malgré toute cette hype, j’étais tout de même curieux de voir ce qu’il valait vraiment en live. Eddy de Pretto est-il un artiste avec un potentiel indéniable ou un simple feu de paille ? Le rendez-vous est pris à la Cigale pour la première de ses trois dates complètes… avant deux dates à l’Olympia en novembre, elles aussi complètes ! Un énorme succès vous dis-je.

En guise de décor, un mur grillagé où sont accrochés des néons. Simple et basique comme dirait OrelSan, mais très efficace et à l’image de l’univers du chanteur. A peine est-il arrivé sur scène qu’il nous embarque immédiatement avec « Rue de Moscou ». Je me surprends à connaître tous les textes par cœur, et à l’écoute de mes voisins je ne suis pas le seul. Une preuve indéniable de l’efficacité redoutable de ses textes !

Eddy de Pretto

« Jimmy », « Normal », « Honey »… tous ses titres passent à merveille le passage du live. Très à l’aise sur scène, de Pretto donne vie à ses titres et nous prouve combien il a gagné en assurance à force d’écumer les festivals. L’ensemble du concert, sous couvert une nouvelle fois d’un « je-m’en-foutisme » de façade, se révèle minutieusement pensé, chorégraphié et maîtrisé.

De ce live très court (à peine une heure), je garde l’image d’un jeune homme bien plus chaleureux que la posture qu’il véhicule. Mais plus encore, celle d’un artiste qui défend un projet fort avec autant de sincérité que de plaisir.

Eddy de Pretto

Eddy de Pretto semble donc bien parti pour être bien plus que « le produit de l’année » qu’on nous vend depuis quelques semaines. Il mérite totalement le succès populaire qu’il connaît et qui l’emmènera au Zénith de Paris en février 2019. Et ce n’est que le début !

Découvrez mes photos de la soirée ! Pour suivre mes aventures en live n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !

Set list du 5 avril 2018 :

  1. Rue de Moscou
  2. Jimmy
  3. Jungle de la Chope
  4. Beaulieue
  5. Quartier des lunes
  6. Random
  7. Kid
  8. Desmurs
  9. Genre
  10. Mamere
  11. Musique basse
  12. Normal
    Rappel
  13. Ego
  14. Honey
  15. Fête de Trop