Sam Smith

En novembre dernier dans ces mêmes colonnes je vous faisais mon coming-out : oui, j’avais aimé « The Thrill of it All », le dernier album de Sam Smith. Une confession dont j’étais le premier surpris, tant je ne portais pas le chanteur dans mon coeur. La raison ? Rien de bien sérieux en vérité : malgré son énorme succès j’étais passé à côté de son premier album « In the Lonely Hour », mais c’est surtout son Oscar, décroché au nez et à la barbe de Lady Gaga en 2015 pour « Writing’s on the Wall », qui avait réveillé la rancœur de mon âme de Little Monster.

Les années ont passé et Sam Smith a réussi à me séduire avec ce nouvel album sobre, classe où il est difficile de ne pas voir un pendant masculin d’Adele. Une séduction si bien menée que je me retrouve à l’AccorHotels Arena en cette fin avril pour découvrir ce que vaut Sam Smith en live.

Autant le dire de suite, aussi bien musicalement que visuellement, ce concert était de très haute volée !

Sam Smith

Musicalement d’abord car Sam Smith a une voix captivante, et qu’il est entouré d’un groupe extra doublé de choristes déments. C’est soul, c’est pop, ça groove, et même si son répertoire n’est pas des plus funky, il arrive à faire lever la salle entière au son de « Like I Can », « Money on my Mind » ou « Omen » son duo avec Disclosure.

Visuellement c’est évidemment cette grande colonne triangulaire et cette scène qui se prolonge au milieu de la fosse qui nous captent dès notre entrée dans la salle. Une disposition conçue pour rapprocher au maximum l’artiste de son public. Et ça fonctionne à merveille pour créer une intimité avec le chanteur qui nous chantent ses blessures et ses peines de coeur sur « Scars » ou « Too Good at Goodbyes ».

Et en bon fan de pop, Sam Smith n’a pas oublié la théâtralité et la dramaturgie du show, qui atteint son apogée à la fin du spectacle lorsque la structure s’ouvre pour le laisser apparaître sur le rappel « Palace », suivi de l’énorme tube « Stay With Me ».

Sam Smith

Durant deux heures j’ai découvert un artiste attachant qui, comme Adele communique, beaucoup avec le public et apporte une vraie fraîcheur entre des titres pas nécessairement des plus joyeux !

Un des moments les plus forts du concert restera certainement « HIM », extrait de son dernier album, où Sam Smith s’assume comme gay et fière de l’être. Un posture qui accentue la sincérité de l’artiste vis à vis de son public, et qui l’inscrit également parmi cette génération de pop star gays qui s’affirme et qui milite de leur façon pour la visibilité de la cause LGBT, à l’instar de Adam Lambert, Troye Sivan ou Olly Alexander. Un comportement malheureusement qui manque malheureusement dans le paysage français…

Ce concert était vraiment une belle soirée qui m’a permis de découvrir un chanteur aussi touchant que talentueux, et qui me conforte dans l’idée qu’il n’y a rien de mieux que la scène et le live pour découvrir vraiment les artistes.

Découvrez mes photos, vidéos et mon vlog de la soirée ! Pour suivre mes aventures en live n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !

Je vous invite à lire le live report d’Enjoy the Show, également présent au concert.

Set list du 30 avril 2018 :

  1. Burning
  2. One Last Song
  3. I’m Not the Only One
  4. Lay Me Down
  5. His Eye Is on the Sparrow (reprise de Lauryn Hill)
  6. Omen
  7. Nirvana
  8. I’ve Told You Now
  9. Writing’s on the Wall
  10. Latch
  11. Money on My Mind
  12. Like I Can/Best Things In Life Are Free (reprise de Luther Vandross & Janet Jackson)
  13. Restart
  14. Baby, You Make Me Crazy
  15. Say It First
  16. Scars
  17. Midnight Train
  18. HIM
  19. Too Good at Goodbyes
    Rappel
  20. Palace
  21. Stay With Me
  22. Pray