Beyoncé (et son mari) s’offre la Joconde pour le clip d’« APESHIT »

Après des années de rumeurs persistantes, Beyoncé et JAY-Z ont enfin dévoilé leur album commun servi par clip à leur image : hors normes.

« ALBUM OUT NOW ». Trois mots en lettres capitales, affichés sur les écrans géants à la fin de leur concert à Londres, ont suffit à enflammer la toile. Actuellement en pleine tournée des stades européens, Beyoncé et JAY-Z ont donc enfin dévoilé leur album conjoint, « EVERYTHING IS LOVE ».

Un album balancé par surprise dans la nuit, mais un projet qui ne l’est pas tant que ça puisque les rumeurs se faisaient insistante depuis la première mouture du « On The Run Tour » il y a quatre ans. En revanche pour profiter ça se passe uniquement sur Tidal, la plateforme de streaming de Mr Carter, dont on avait tous oublié l’existence.

Pour faire monter la sauce, le power couple de la pop a dévoilé parallèlement le clip du single « APESHIT ». Réalisée par Ricky Saiz, à qui l’on devait déjà le clip « Yoncé » en 2013, la vidéo est à la hauteur de l’égo des Carter qui ont tout simplement privatisé le Musée du Louvre. On les voit ainsi s’afficher devant la Joconde, la Vénus de Milo, le Radeau de La Méduse ou le Sacre de Napoléon.

Si l’ensemble est d’une prétention rarement atteinte, il faut reconnaître que le résultat est visuellement canon et que le musée et ses chefs d’oeuvres ont rarement été aussi bien mis en valeur.

A l’heure des réseaux sociaux et des popstars qui mettent, en apparence, de moins en moins de barrière avec leur public, il est aussi intéressant que fascinant de constater la démarche de Beyoncé (qui en cinq ans a réussi à faire passer JAY-Z pour son choriste) de s’auto-sacralisé en diva inaccessible et intouchable.

Force est de constater que celle qui chantait à son mari « Partner, let me upgrade you » en 2006 savait où elle allait, et on a un peu de mal à croire à la sincérité des « I can’t believe we made it » répété durant tout le titre.

Beyoncé et son mari se produiront au Stade de France les 14 et 15 juillet, ainsi qu’à Nice le 17. En attendant je vous propose de replonger dans leur gigantesque concert commun donné il y a quatre ans dans ce même Stade de France.