Thomas Azier

Il commençait presque à nous manquer ! Et voilà que sans prévenir, sans effet d’annonce ou teasing, Thomas Azier vient de sortir « S T R a Y », un EP de quatre titres où notre hollandais préféré juste derrière Dave réussit à nous rendre encore plus amoureux de sa voix et de sa pop froide mais si enivrante. Preuve que c’était encore possible !

Des nouveaux titres qu’il a écrits ces derniers mois, en tournée et dans des chambres d’hôtels entre « Tokyo, Kyoto, Abidjan, Berlin, Paris, Rotterdam, la Normandie et Friesland » où il a grandi, dans le Nord des Pays-Bas, comme il le confie à Clash Music.

Un EP qu’il a auto-produit via son label Hylas Records, où il nous dévoile une nouvelle facette de son talent, grâce à des productions brutes et minimales, mais d’une richesse folle à l’oreille, essentiellement grâce à la voix toujours captivante de l’interprète.

Premier extrait de ce projet, le titre « Echoes » fait la part belle aux guitares acoustiques, mélangée à des sonorités électroniques. Des sons qui ne sont pas sans rappeler les productions de Mirwais pour Madonna au début des années 2000 (les albums « Music » et « American Life »).

Si comme moi vous avez la phobie des marionnettes, et globalement de tout objet qui s’anime lorsqu’on met son bras à l’intérieur, ne vous attardez pas sur le clip creepy où le chanteur hollandais met en scène le marionnettiste Rob Kaufmann et son partenaire Jimmy…

Pour les amoreux de support physique, un vinyl de l’EP sera bientôt disponible. En attendant, je vous propose de revivre son live séduisant au Nouveau Casino en février 2017.

A retenir : « Echoes » et « The Girl Beneath the Lion »