Et oui, je suis allé voir Massive Attack en concert ! Un live report qui peut surprendre les habitués de mon blog qui, peut-être comme moi, ne connaissaient du groupe britannique que leur featuring avec Madonna. En effet, en 1995 ils collaboraient avec une Reine de la pop chancelante, alors en quête de légitimité artistique, et proposaient une totale réinvention du titre de Marvin Gaye, « I Want You ». Une chanson quelque peu oubliée de son répertoire, présente sur sa compil’ de ballades « Something to Remember ».


De Madonna il n’en est pas question en 2019. C’est un autre projet que Massive Attack est venu célébrer au Zénith de Paris : les 21 ans de leur album culte « Mezzanine ». Un disque intemporel, hypnotique et fascinant que Robert « 3D » Del Naja et Grant « Daddy G » Marshall ont joué intégralement en live, durant deux soirées sold-out. Accompagnés de cinq musiciens et deux chanteurs (Horace Andy et Elizabeth Fraser), le duo de Bristol a offert un live d’une richesse exaltante, sublimant les productions méticuleuses de 1998.

Un show étrange entre Britney Spears et Régine

Hélas, la musique mise à part le show a cruellement manqué d’humanité. Durant 1h30 le groupe est resté dans l’ombre, sans communication avec le public. Le spectacle reposant uniquement sur les écrans géants, où se sont succédés des images pop randoms, de Britney Spears à la Reine d’Angleterre en passant par un autre Reine… Régine ! Une scénographie réalisée par le documentariste Adam Curtis qui s’est peu à peu transformée en un postulat politique parfois anxiogène : images de guerre, d’esclaves ou de cadavres. Comme un témoignage du changement d’époque en deux décennies.

Massive Attack

Disons-le, le résultat n’était pas si convaincant, et on regrette que l’étrange poésie installée par ce zapping déstructuré ait disparu au profit d’une posture presque caricaturale, notamment lorsqu’ils s’attaquent à Donald Trump…et que le public hue l’écran géant tel un réflexe de Pavlov. Comme si Massive Attack cherchait à donner une profondeur à un œuvre qui se suffit pourtant déjà à elle-même.

La démarche du duo demeure ainsi imperméable. Difficile aussi de savoir si le public a été touché tellement il est resté stoïque et immobile durant la prestation. D’aucuns diront qu’il s’agissait surtout de contemplation. Il y en avait, et ça ne fait qu’ajouter du charme à un album qui m’apparaît désormais encore plus passionnant.

Découvrez mes photos de la soirée ! Et pour suivre mes aventures en live ça se passe sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram !


Set list du 12 février 2019 :

  1. I Found A Reason
  2. Risingson
  3. 10:15 Saturday Night
  4. Man Next Door
  5. Black Milk
  6. Mezzanine
  7. Bela Lugosi’s Dead
  8. Exchange
  9. See a Man’s Face
  10. Dissolved Girl
  11. Where Have All the Flowers Gone?
  12. inertia Creeps
  13. Rockwrok
  14. Angel
  15. Teardrop
  16. Group Four